Résumé ASTT Oyonnax VS FCM

19 novembre 2018 - 18:03

 18/11/2018

ASTT OYONNAX VS FCM

 

Pour cette neuvième journée du championnat de D3, le FCM se déplace à Oyonnax pour y affronter Oyonnax ATT. Un match classé sensible par le district. Une ambiance irrespectueuse, remplie de mauvaise foi et de haine nous attend. On connaît le contexte, on connaît l’attitude à adopter, on sait qu’on va se faire insulter tout le match et qu’il ne faudra pas répondre, on sait qu’on va prendre des coups et qu’il ne faudra pas répondre, on sait que toutes les décisions de l’arbitre en leur défaveur seront contestées, on sait tout ça, tout le monde le sait mais ça recommence saison après saison…
L’équipe 1 du FCM pour ce match : PAQUET Mathieu, PAQUET Thibault, FILLON Rudy, FILLON Christopher, ROUSSEAU Marceau, BROYER Joris, GUILLOMIN Samuel, BUY Jérémy, BOYAT Emilien, DURAND Mathis, DOUILLET Pierre, BENOIT Tony, VILLENEUVE Stéphane, BENOIT Amaury.
C’est parti pour une heure de route. Une heure de route pour aller jouer là-bas. Pour se faire insulter, menacer pendant 90 minutes. Quelques péripéties, relativement drôles pour certaines, inquiétantes pour d’autres viendront couronner le trajet et l’arrivée au stade. Le soleil que nous trouvons une foi le col de Ceignes franchi fait malgré tout chaud au cœur. Ce sera vraiment l’une des seules satisfactions d’un tel déplacement.
L’échauffement sera de courte durée à cause notamment de terrains très éloignés et d’incompréhensions. Comme souvent il faut s’adapter, plus court et plus intense, ce sera suffisant, pas idéal mais suffisant.
L’arbitre donne le coup d’envoi. Le début de rencontre est équilibré mais peu de rythme. Les pare-ballons sont loin et les délégués mettent du temps avant d’envoyer les ballons. Difficile donc de mettre de l’intensité. Nous concédons quelques coups de pied arrêtés. Tous sont bien tirés, nous allons devoir être vigilants sur les fautes et être concentrés sur ces situations, Mathieu et l’équipe vont bien gérer ces situations difficiles. Le rapport de force se tient mais les bleus du FCM parviennent à se créer des occasions sur attaque placées et sur contre-attaque. Au quart d’heure de jeu, Tony passe en retrait pour Mathis qui marque. 0-1, 15ème minute. Ce but va nous permettre de prendre l’ascendant sur notre adversaire dans le jeu. Cette domination va être concrétisée par un second but, de Tony cette fois-ci sur une passe de Mathis. 0-2, 25ème minute.
Dans la foulée, l’attaquant d’Oyonnax ATT parvient à éliminer deux joueurs, il rentre dans la surface et est déséquilibré. Faute, pénalty. Le numéro 6 d’Oyonnax, excellent tireur de coup de pied arrêté s’élance et frappe, Mathieu part du mauvais côté mais le ballon tape le poteau. Poteau sortant. A peine trois minutes plus tard, nous récupérons un ballon proche de notre surface, jeu aérien sur Tony qui dévie pour Mathis en profondeur. Mathis dribble le gardien adverse, ce dernier le touche, le déséquilibre, Mathis tombe et un défenseur des locaux dégage en corner. Pendant une petite seconde, tout le monde regarde l’arbitre, on attend la décision et… et… et… corner. Corner. Dommage, frustrant, il faut passer à autre chose. Le match se rééquilibre, le pressing de nos adversaires nous fait commettre quelques erreurs sans conséquences au niveau du score. Mais chaque fois que nous passons la première ligne de pression, nous avons un boulevard et les situations pour être dangereux. Autour de la quarantième minute, Mathieu repousse un ballon suite à un coup franc, mais un rouge frappe le ballon de la tête, le lobe, la balle prend la direction des filets mais Marceau d’un gros tacle parvient à dégager le ballon. Les adversaires crient au scandale, prétextant que le ballon est rentré. Impossible à dire. Leur arbitre de touche fait signe que le ballon est rentré mais il n’est guère mieux placé que les autres et nous pouvons remettre en cause son honnêteté : aucun hors-jeu signalé pour l’équipe d’Oyonnax ATT, toute situation litigieuse en leur faveur… La fin de la mi-temps se déroule sous des contestations qui ne cessent de monter que ce soit sur le terrain, ou sur le banc de touche et on ne parlera pas des supporters. L’arbitre siffle la mi-temps sur le score de deux à zéro en notre faveur. Dès le coup de sifflet donné, les joueurs d’Oyonnax ATT ainsi que leur coach viennent entourer l’arbitre et contester, mettre la pression… A priori quelque chose de normal quand on joue contre Oyonnax ATT.
Le retour au vestiaire est d’une tristesse pour le football et pour la langue française. Les joueurs d’Oyonnax ATT peste sur l’arbitrage : « Fils de p*** d’arbitre », « Fils de p*** d’arbitre qui sait même pas arbitrer », « Fils de p*** de sa mère d’arbitre », « Fils de p*** d’arbitre », Fils de p*** d’arbitre »… Rabâché par cinq ou six personnes pendant trois cent mètres de retour au vestiaire, c’est long, c’est très long. Et il y a tellement d’autre chose à dire sur le football que de parler de l’arbitrage… Nous atteignons enfin notre vestiaire, nous faisons une analyse des points forts de nos adversaires et leur manière de jouer et nous tentons d’apporter quelques solutions à notre projet de jeu.
Nous retournons sur le terrain, une deuxième mi-temps à jouer dans un univers malsain, pitoyable. Le début de la seconde période est clairement à l’avantage des locaux qui parviennent à nous asphyxier pendant dix minutes. Dix longues minutes où les centres, les frappes, les corners et les coups francs s’enchaînent. Nous sommes courageux mais trop d’erreurs techniques pour dégager convenablement le ballon, le maîtriser et poser notre jeu. Nous souffrons. A la 52ème minute de jeu, nos adversaires obtiennent un coup franc direct à l’entrée de la surface. Le numéro 6 adverse, le même joueur qui a manqué le pénalty en première mi-temps se prépare pour tirer le coup franc, le numéro 6 adverse, le même joueur qui a manqué le pénalty en première mi-temps, s’élance pour frapper le ballon, tire et marque en enroulant parfaitement son ballon au-dessus du mur. On pourrait retenir la performance mentale de ce joueur mais on ne retiendra que les insultes. Les insultes et les menaces permanentes. Les coups par derrière, les intimidations… C’est tout ce qu’on retiendra de l’Oyonnax ATT. 1-2, 52ème minute. Ce but, plutôt que de nous faire plonger va nous secouer. Nous allons agir et nous remettre à jouer. Le rapport de force se rééquilibre, nous parvenons enfin à nous rapprocher de la surface adverse. A peine cinq minute après la réduction du score, Boy effectue un superbe appel en diagonale dans la surface, Tony ajuste une magnifique passe, mais Boy ne parvient pas à reprendre le ballon avec force et le gardien s’en saisit. Dommage, l’action méritait mieux. Au moins on revient dans la partie. Malgré tout, il sera difficile de garder du rythme, les contestations incessantes à chaque faute commise par les joueurs d’Oyonnax nous empêche de jouer vite. C’est injouable, c’est pénible, insupportable même. Ça ne joue pas. Deux, trois passes, on crée un décalage et craaaaack, une faute et trois minutes de contestation. Pourtant au vu des qualités techniques et tactiques des deux équipes, il y avait tout pour faire un bon, un très bon match de football. Le match se poursuit mais après les contestations et les insultes viennent les menaces et les coups par derrière. C’est usant. Cependant, les joueurs du FCM continuent de jouer : appui, remise, une-deux côté droit, on revient dans l’axe pour renverser à l’opposé, on combine à nouveau, on fixe, on tente une frappe, contrée. Nos adversaires partent à toute vitesse en contre-attaque, nous n’avons que trois joueurs pour assurer la couverture, nous manquons de tranchant dans notre première intervention, nos adversaires jouent bien le deux contre un, face à face remporté par le joueur d’Oyonnax ATT. Egalisation… Cruelle car nous dominions à ce moment, cruelle car nos adversaires nous ont empêché de mettre du rythme de manière illégale, cruelle car à la suite d’un superbe enchaînement collectif. 2-2, 70ème minute.
La rencontre se poursuit avec toujours les contestations interminables de nos adversaires, les coups en retard pour casser nos actions (et probablement les joueurs par la même occasion), les menaces pour nous faire peur et tenter d’intimider l’arbitre. C’est usant, ça ne joue pas, pas beaucoup, pas assez. Mathis prendra un coup au visage (évidemment dans le dos de l’arbitre). On reste calme, on ne dit rien, on encaisse sans broncher et on essaie de jouer. On entre dans les dix dernières minutes. Coup franc pour les joueurs d’Oyonnax ATT. Mathieu repousse la frappe, mais un joueur d’Oyonnax ATT a bien suivi et pousse le ballon au fond des filets. L’arbitre de touche n’a pas levé son drapeau, but, 3-2 pour Oyonnax ATT. Mais quoi ?! Pas possible, pas ici, pas maintenant... l’arbitre central signale courageusement que le buteur était en position de hors-jeu au moment de la frappe. Le but est refusé, 2-2 à la 80ème minute. Le temps est long et le jeu toujours aussi haché, les insultes et les menaces encore plus fréquentes, les fautes à retardement pour couper nos actions ne cessent pas. C’est usant, c’est pénible, c’est insupportable mais les manziatis pourtant supportent, les manziatis restent dans le match, concentrés sur le jeu. L’arbitre supporte, l’arbitre reste dans le match, concentré sur le jeu. Il reste cinq minutes à jouer, sur un coup de pied de but de nos adversaire, l’arbitre interrompt le jeu et donne un carton rouge au numéro 4 (me semble-t-il) d’Oyonnax ATT. Les contestations plus virulentes vont durer bien quatre à cinq minutes. Nous reprenons le match. Quatre minutes de temps additionnel. Elles sont longues et à l’avantage de nos adversaires qui bénéficieront d’un corner suite à une action très chaude, et d’un coup franc. Les bleus, solidaires, tiennent bons. Le score restera de 2-2 et nous rentrons au vestiaire.
C’est un mélange de déception et d’énervement qui envahit le vestiaire. Déception d’avoir fait match nul après avoir mené deux buts à zéro. Enervement car le jeu était en permanence arrêté à cause des fautes et des contestations. Impossible de mettre du rythme, impossible d’essayer de mettre de l’intensité, impossible de jouer. Enervement de se faire insulter, menacer, de prendre des coups dans et hors du jeu. Un match comme celui-ci ne devrait pas se terminer.
Merci à Cédric BENON l’arbitre de la rencontre qui a été courageux et ne s’est pas laissé intimider. Ce n’est pas facile d’arbitrer dans cet environnement, accompagné seulement par un délégué. Merci d’ailleurs à ce dernier, M.ALBAN Bernard d’avoir été présent sur cette rencontre et d’avoir pu apprécier le spectacle… Merci de votre patience pour le foot. Le FCM compte sur vous pour signaler tout ce que vous avez vu et entendu afin que dans un futur proche, ce type de match n’existe plus. Messieurs de l’Oyonnax ATT, vous avez des qualités pour jouer au foot. Arrêtez votre cirque et jouez ! 

Merci aux supporters d’avoir fait le déplacement, c’est un plaisir de vous voir chaque dimanche !
Enfin bravo à toute l’équipe pour votre patience et votre courage. D’un point de vu footballistique, malgré quelques passages difficiles dont on aurait pu se sortir par plus de rigueur technique, d’excellents enchaînements sont venus apporter un peu de soleil et de chaleur dans cette triste et sombre ambiance.
Il ne reste que trois matchs avant la trêve. Le dernier à domicile la semaine prochaine. On enchaînera ensuite avec Attignat pour le dernier match de la phase aller avant de se déplacer à Misérieux Trévoux pour le premier match de la phase retour et terminer cette première phase de la saison 2018-2019.
Félicitation à Mathieu et Marine, le deuxième enfant est dans le ventre et son arrivée est prévu pour fin mai !

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement l'actualité du club par e-mail

OU